Coq Brahma

Les COCHINCHINOISE

et BRAHMA.

 

 

...:::  :::...

 

 

 

 

 


 

 

Élevage

Bio

Fait maison

 

Forums

  

 

 

 

Le potager bio. Jardinage.

 

  


            

Nouvelle page 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après avoir connu un engouement exceptionnel, jusqu'à la première guerre mondiale, les volailles des races Cochinchinoises et Brahma avaient, peu à peu, disparu des basses-cours et des expositions d'aviculture, pour ne plus subsister que par quelques unités en France.

 

Puis, soudainement, il y a quelques années, des amateurs de ces magnifiques volailles se sont révélés, à nouveau ; des importations d'Angleterre et de Hollande ont eu lieu et on commence à voir apparaître quelques bons sujets.

Ils, sont malheureusement encore trop peu nombreux, surtout au point de vue qualité.

    

Je dis malheureusement, car ces oiseaux sont parmi les plus beaux qu'un amateur puisse posséder et tous ceux qui en ont élevé s'y sont attachés el souhaitent, en général, en posséder encore.

  

La raison principale de la raréfaction de ces majestueux volatiles tient au fait, qu'il faut bien reconnaître, leur productivité médiocre.

 

Ce sont, en général, des pondeuses très moyennes, la croissance des jeunes est lente, le squelette important, et la qualité de chair nettement inférieure à celle des races françaises : Bourbonnaises, Gâtinaises, Bresse, Caussade, etc …

 

Mais, par contre, ce sont d'excellentes couveuses et meneuses, des animaux très familiers, d'une taille et d'un volume impressionnants, qui flattent le propriétaire.

 

 

 

Voici les principales caractéristiques de chacune de ces deux races :

 

 

 

 

 

LA COCHINCHINOISE

 

... appelée communément « Cochin », est la plus massive.

Très près de terre, ses pattes et ses tarses fortement emplumées, lui donnent, avec le plumage bouffant des cuisses, un aspect ramassé et compact, bien particulier.

 

Il est admis que cette race est originaire du Tonkin.

 

Les premiers sujets en auraient été rapportés à la reine Victoria d'Angleterre, par l'amiral Cécile, revenant de mission en Extrême-Orient.

Ils furent l'objet d'une grande curiosité à la Cour et reçurent des soins tout particuliers.

L'engouement fut immense pour ces grosses volailles d'un aspect inhabituel, et leur diffusion fut rapide, d'abord en Angleterre, où il en existe encore de nombreuses variétés, puis sur le continent. +

   

Actuellement, il n'y a que peu d'amateurs de la race en France, une partie des souches ayant à peu près disparu pendant les deux guerres et les nouveaux éleveurs ont fait, pour la plupart, appel aux importations.

 

Le type original est noir, mais il existe des variétés jaunes, bleues, perdrix, coucou, chamois et blanches.

Ce sont les noires, les jaunes et les perdrix qui, en général, sont les plus typées.

 

La Cochinchinoise est une grosse volaille à pattes jaunes, ainsi que les tarses et le bec.

Le cou est court et incliné en avant, le port est calme et lent ;

les lignes générales de l'animal sont arrondies.

Le dos et les reins sont courts et larges, la poitrine est abondamment garnie de plumes duveteuses ;

la queue est petite et portée presque horizontalement.

Les tarses sont abondamment garnis de plumes bouffantes, ce qui contribue à faire paraître l'animal encore plus large, lourd et bas qu'il n'est en réalité.

 

Les poids moyens sont de 3 à 3kg,500 chez le coq et de 4 à 4kg,500 chez la poule.

 

La ponte de cette dernière est d'une centaine d'œufs, annuellement.

Les poussins cochinchinois s'élèvent bien.

Mais, comme leur croissance et leur emplumage sont assez lents, il est bon de leur distribuer de bonne heure une alimentation riche en phosphates et en protéines animales et de les protéger de la pluie pendant les deux premiers mois de leur existence, surtout pour les couvées de février à avril.

 

Il y a lieu d'attendre 6 à 8 mois, avant de consommer les poulets, dont le fort squelette serait insuffisamment garni de chair, avant ce délai.

 

 

 

 

 

LA BRAHMA-POOTRA

  

… a joué un grand rôle dans la formation de certaines des grandes races répandues à l'heure actuelle : Sussex, Bourbonnaise, Faveroles, Bourgbourg, coucou de Malines.

 

Le type parfait de la race est le blanc herminé.

C'est une grasse volaille à tarses emplumés, avec bec, peau et pattes jaunes.

Le port est plus vertical que celui de la Cochinchinoise.

Le corps est massif, profond et porté horizontalement.

La crête est triple.

 

Les poids varient entre 4kg,250 et 4 kg,750, chez la poule, et le coq peut atteindre jusqu'à 6 kilos, le squelette comptant pour une part assez importante dans ces chiffres.

Malheureusement, les poids ont tendance à s'amenuiser et il est très rare, actuellement, de trouver des Brahma aussi lourdes qu'elles devraient l'être.

 

La poule Brahma est extrêmement rustique et réussit sous tous les climats.

Bien qu'un peu maladroite; elle peut mener 20 poussins sans difficulté ; c'est un animal familier et très

doux dont la ponte oscille autour du chiffre de 120 œufs par an.

Il est à noter qu'elle pond une partie de l'hiver.

 

Comme pour la Cochinchinoise, les poulets nécessitent un élevage d'au moins six mois avant d'être consommés, sous peine de n'avoir qu'une énorme carcasse dégarnie de viande.

Mais avec une nourriture finale riche en farineux et en laitage ils prennent bien la graisse et peuvent fournir des pièces impressionnantes.

 

Le plumage du Brahma est moins bouffant, plus serré que celui du Cochin.

Il existe également une variété, dite « inverse », très rare en France.

Le coq a le camail blanc avec rayures noires, le plastron noir, le dos noir avec blanc entre les épaules.

La poule a l'ensemble du corps gris foncé sur gris clair.

 

En résumé, les deux races ci-avant décrites ne sont pas indiquées pour une exploitation industrielle avicole, mais l'amateur ou le petit éleveur qui apprécient les beaux sujets auront de grandes satisfactions dans leur élevage.

 

 

Recommandation importante pour terminer :

 

ces sujets ayant les pattes abondamment emplumées il est indispensable de les maintenir sur des sols secs et, par très mauvais temps, de les fermer dans un local garni d'une litière sèche pour éviter que les plumes basses des pattes s'agglutinent, s'abîment et que l'animal ne perde ainsi une partie de son allure caractéristique.   

 

 Le Chasseur Français - Février 1959.

 

 

  

 

  

 

 

 

 

 

 

Elevage des poules

alimentation

Poules

Lapins

Lapins

Pigeons

Pigeons

Canards

Canards

Oies

Oies

                 

Abri de jardin comme poulailler

Environnement

Fraisiers

Incubation

Couveuses

Dindon

Dindon

Escargots

Cochons

Poulaillers

Divers

Cultures

Incubation

Couveuses

                 

Cailles

Abeilles

Animaux de la Ferme

Un peu de tout

Cailles

Moutons

Chèvres

Pintades

Abeilles

Animaux

BIO

Portable