Le Dindon Noir du Bourdonnais.

 

 

...:::  :::...

 

 

 

 

 


 

 

Élevage

Bio

Fait maison

 

Forums

  

 

 

 

Le potager bio. Jardinage.

 

  


            

Nouvelle page 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

Le Dindon Noir du Bourdonnais.

 

 

 

Depuis quelques années, on assiste à un engouement du public, de plus en plus prononcé, pour les dindons de petit format, au détriment des sujets des très grosses races, telles le Bronzé d'Amérique.

La ménagère ayant plus de facilités pour la cuisson avec les premiers et ne réunissant que très rarement un nombre de convives suffisant pour consommer un animal de 28/35 livres, et plus.

   

Mais il existe encore un grand nombre de consommateurs qui recherchent un animal de poids moyen, correspondant aux besoins d'un repas d'une dizaine de personnes, et que ne peut satisfaire l'oiseau de très petit format.

Le juste milieu paraît bien correspondre aux normes du dindon noir du Bourbonnais, dont l'élevage a pris dans le département de l'Allier, et certains cantons limitrophes, une extension considérable. 

    

La ville de Jaligny, dans le département précité, a même fait établir un Label d'origine pour les dindes provenant de son importante foire spécialisée annuelle, ou une très forte proportion des milliers de dindons présentés et vendus, sont des Bourbonnais purs.

  

 

  

 

Cet animal a des points communs avec le Solognot, mais s'en différencie, cependant, par son squelette plus léger; particularité extrêmement importante puisqu'elle conditionne la proportion de chair. 

Celle-ci est très fine et très délicate .

 

De plus, les dindes bourbonnaises pondant plus de 60 œufs par an ne sont pas rares.

   

Comme dans toutes les races de dindons, il faut s'abstenir de faire couver les œufs des dindes de moins de dix-huit mois, afin d'éviter l'obtention d'un pourcentage élevé d'œufs clairs, ou porteurs de germes insuffisamment vigoureux. 

Le meilleur parquet étant constitué par 6 à 8 dindes de deux ans et un dindon de deux à trois ans. 

Ce parquet peut servir pendant trois à quatre ans.

La sélection des sujets destinés à constituer le parquet de reproduction doit commencer vers l'âge de six à huit mois. 

Comme mâle, il faut réserver le plus précoce, le plus vigoureux, bien en chair, aux pattes solides, mais pas trop hautes. 

Comme femelle, le choix se portera sur les plus vigoureuses, bien conformées, issues des meilleures pondeuses, sans rechercher toutefois l'aptitude à la ponte précoce.

 

Les Bourbonnais sont doués d'une grande rusticité et possèdent un caractère vagabond, convenant aux grands espaces sur lesquels ils glanent, une fois adultes, une partie importante de leur nourriture. 

 

C'est le promeneur des prairies, landes et chaumes; il excelle, comme tous les dindons, à purger les taillis et les bois de leurs hâtes indésirables : vipères, serpents divers, petits rongeurs, etc.

 

Si il préfère, incontestablement, la liberté, où ses conditions d'élevage sont le plus économique, l'expérience a prouvé qu'il s'adapte très bien au grand parquet, où il améliore sa ponte et sa qualité de chair, ainsi que sa précocité ; mais, bien entendu, dans cette situation, une nourriture abondante et équilibrée doit lui être fournie pour remplacer les apports de la vie en liberté et les proies qu'il y rencontre.

    

  

 

Standard.

   

Voici le résumé du standard officiel de la race dressé par Union avicole bourbonnaise qui encourage l'élevage de cette excellente volaille régionale.

    

Aspect général. - Oiseau fort, d'allure dégagée, actif, sans lourdeur.

 

Tête. - Longue, pourvue de caroncules abondantes chez le mâle, qui bleuissent à l'époque des accouplements et comprennent un appendice rouge et charnu, érectile, très développé chez le mâle.

 

Barbillons. - Un, placé sous la mandibule inférieure du bec, changeant de couleur selon l'état de l'oiseau.

Le bec est fort et noir. 

Les yeux noirs ou brun très foncé. 

 

Dos. - Long, large, plat sur les épaules, incliné vers l'arrière. 

 

Poitrine. - Très développée, large, saillante, profonde et arrondie. 

Le mâle porte un pinceau ou barbe de crins noirs à la base du cou. 

Il apparaît chez la femelle vers la deuxième année.

 

Cuisses. - Très fortes, bien détachées du corps, précédées de tarses puissants, noirs, avec éperon chez le mâle.

 

Peau. - Très fine et très blanche. 

 

Plumage. - Très appliqué au corps, uniformément noir jais, à reflets métalliques, sans traces de reflets bronzés.

 

Tolérances. - Traces de reflets bronzés aux plumes de couverture de la queue. 

Tarses rosés à partir de la seconde année.

 

Défauts à éviter. - Poitrine resserrée, dos étroit, taille et poids trop légers, couleurs autres que la noire dans le plumage.

Bréchet dévié et tordu, dos rond.

 

  

 

Élevage.

  

Les jeunes dindons noirs du Bourbonnais, lorsqu'ils sont issus de sujets non consanguins, sont aussi faciles à élever que les poussins des poules, à condition d'apporter un minimum de soins indispensables: pas de soleil, les premiers jours, puis accoutumance progressive. 

   

Terrain propre et sec. 

Emploi conseillé d'une boîte d'élevage à laquelle on peut donner les dimensions suivantes : longueur 0,80 ; largeur 0,50 ; hauteur 0,80.

Entre l'âge de six et onze semaines, les dindonneaux de toutes races traversent une période critique, connue sous le nom de « crise du rouge », parce qu'elle correspond au rougissement des mamelons de la tête. 

   

Chez les oiseaux vigoureux, issus de sujets sains, et qui reçoivent une bonne alimentation, cette crise passe le plus souvent inaperçue ; mais chez ceux qui sont moins résistants et qui ont reçu une nourriture défectueuse, elle prend parfois un caractère de réelle gravité:.

Un certain nombre de fabricants d'aliments complets équilibrés livrent maintenant des produits dont on ne peut que recommander chaleureusement l'emploi aux éleveurs, tout au moins jusqu'à la fin de la période de croissance du dindonneau, malgré

leur prix apparemment élevé, car ils placent le sujet dans les meilleures conditions de résistance et correspondent exactement aux besoins de l'animal par leurs multiples composants.

 

Si, pour des raisons diverses, l'éle­veur n'avait pas recours à cette alimentation scientifique, et que ses sujets manquaient de vigueur, il y aurait lieu d'ajouter aux pâtées, à partir de cinq semaines, une cuillerée à café, par jour et par 20 sujets, du mélange suivant, réduit en poudre fine et bien brassé:

  

- Gingembre, 500 grammes;

- cannelle de Chine, 100 grammes;

- gentiane, 30 grammes;

- anis, 50 grammes; 

- carbonate de fer, 150 grammes;

- poudre de thym, 50 grammes + oignons finement hachés.

 

Plus il avance en âge, plus le dindon devient robuste. 

Il ne faut pas commencer l'engraissement avant l'âge de cinq à six mois.

 

Le Noir du Bourbonnais, à rendement de chair fine exceptionnel, peut être recommandé aux éleveurs, surtout fermiers, à qui il donnera toute satisfaction si son élevage est correctement mené.           

 

                     R. GARETTA.  Le Chasseur Français - n°815 - Janvier 1965.

    

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

Elevage des poules

alimentation

Poules

Lapins

Lapins

Pigeons

Pigeons

Canards

Canards

Oies

Oies

                 

Abri de jardin comme poulailler

Environnement

Fraisiers

Incubation

Couveuses

Dindon

Dindon

Escargots

Cochons

Poulaillers

Divers

Cultures

Incubation

Couveuses

                 

Cailles

Abeilles

Animaux de la Ferme

Un peu de tout

Cailles

Moutons

Chèvres

Pintades

Abeilles

Animaux

BIO

Portable