Coqs et Poules de Dorking - 1.

 

...:::  :::...

 

 

 


 

 

Élevage

Bio

Fait maison

 

Forums

  

 

 

 

Le potager bio. Jardinage.

 

  


            

Nouvelle page 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici l'histoire, romancée mais exacte, d'une race de poules qui a joué un rôle très important dans l'évolution de l'aviculture européenne et même mondiale.

 

Sa création remonte en Angleterre à la fin du XVIIIe siècle.

 

Des chroniques locales citent son nom en parlant de Dorking, petit village du comté de Surrey, car c'est de ce centre originaire que la Dorking s'est répandue lentement mais sûrement, apportant son « sang » à de multiples croisements diffusés en Europe et aux États-unis.

 

Sur des espaces aussi vastes, des croisements nombreux devaient être réalisés.

 

 

 

 

Peu à peu, des sélections se précisèrent et l'on s'accorde à reconnaître aujourd'hui des variétés bien fixées mais séparées en deux groupes, l'un à crête simple et l'autre à crête double.

Les deux variétés les plus connues sont la race argentée et la race grise du type à crête simple.

De diverses façons cependant, on a dédoublé chacune des variétés : argentée, rouge, grise, dorée, blanche et coucou.

 

Malgré la diversité des plumages, les Dorking présentent un type particulier.

 

Il est curieux de rencontrer dans cette technique les principes qui dirigèrent, au XVIII siècle, en Grande-Bretagne, tout l'élevage du bétail.

 

Les Dorking ont, en effet, été, en Angleterre, poussées vers une conformation attestant un volume accru en évitant l'accroissement proportionnel des régions de moindre valeur économique.

  

           

Les pattes et le cou sont volontairement réduits.

 

C'est l'époque où les îles britanniques se glorifiaient des succès obtenus avec leurs boeufs Durham

et Hereford, leurs moutons Dishley, Southdown, leurs porcs Yorkshire, Berkshire, etc., membres et têtes réduits au maximum.

              

 

 

    

Les Dorking obtenus à cette époque étaient donc d'ossature fine, le dos long, le cou et les pattes courtes, les épaules écartées et saillantes, la poitrine en forme de « carène », avec un plastron large, haut et proéminent.

 

La tête, conformément à la discipline du sacrifice des régions sans intérêt, est moyenne.

La crête simple, portée droite chez le coq, pliée chez la poule, est de dimension moyenne, mince, peu haute et non proéminente en avant.

 

Les joues sont rouges, garnies de petites plumes.

Les oreillons, rouges, striés de blanc, et de dimensions modérées.

 

   Rustica - 22 Juillet 1951.   

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

Elevage des poules

alimentation

Poules

Lapins

Lapins

Pigeons

Pigeons

Canards

Canards

Oies

Oies

                 

Abri de jardin comme poulailler

Environnement

Fraisiers

Incubation

Couveuses

Dindon

Dindon

Escargots

Cochons

Poulaillers

Divers

Cultures

Incubation

Couveuses

                 

Cailles

Abeilles

Animaux de la Ferme

Un peu de tout

Cailles

Moutons

Chèvres

Pintades

Abeilles

Animaux

BIO

Portable