Pour avoir des pondeuses d'hiver.

  

Clapiers

    

 

Poules

    

Livres ELEVAGES 

Poulaillers 

 

 

 

...:::  :::...

 

 

 

 

 


 

 

Élevage

Bio

Fait maison

 

Forums

  

 

 

 

Le potager bio. Jardinage.

 

  


            

Nouvelle page 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour avoir des pondeuses d'hiver.

 

Production intéressante et profitable, quand en connaît, la rareté et le prix des oeufs l'hiver.

Il existe une technique avicole pour les obtenir et cette méthode est basée sur l'incubation artificielle.

 

Envisageons les avantages qu'elle assure.
 

 

 

Crèvecoeur

L'incubation artificielle.

 
Elle permet de faire éclore en aussi grande quantité que l'on désire, à telles époques serait impossible da le faire avec la poule.

Elle permet également d'élever certaines races comme la Leghorn qui ont presque perdu l'habitude de couver.

 

La poule n'a plus il occuper de l'incubation et de l'élevage et peut se remettre à pondre.

 
Enfin, avantage primordial, l'incubateur permet de produire des poussins assez tôt pour lorsque, devenues poulettes, ils aient se former et de commencer à pondre au début octobre et de poursuivre leur ponte l'hiver.

 

Le problème de l'oeuf d'hiver est ainsi résolu.

Mais une question intervient: la race exploitée.


En France, il faut 6 mois environ aux races légères pour commencer à pondre et 7 mois pour les races plus lourdes.

 

Il importe donc, dans le premier cas, que les poussins naissent au début d'avril et, dans le second cas, au début de mars.


Ceci n'offre aucun inconvénient.

Contrairement à l'opinion souvent affirmée, il est souvent plus facile d'élever des poussins au commencement du printemps qu'en période estivale trop chaude.


Voilà donc exposé un des principes de la réussite de l'oeuf d'hiver.

Mais, les poussins nés aux époques précisées, il faut les élever.

 

C'est alors qu'intervient:

 

 

L'élevage artificiel.

 

Il remplace la mère poule plus docilement et plus commodément.

Les poules appartenant aux races de poids moyen sont les meilleures meneuses, mais elles sont assez capricieuses.

 

 

 

 

 

Il en est qui acceptent des poussins de tout âge ou de toute couleur.

D'autres n'adoptent que leur propre couvée ou des poussins d'une même nuance.

L'élevage artificiel permet d'élever, sans tenir compte de ces obstacles, un grand nombre de poussins.

 

 

 

 

Il réduit la main-d'oeuvre, les dépenses.

Les poules, libérées, se remettent à pondre.
 

  
Il entraîne évidemment la construction d'une poussinière chauffée par des éleveuses­cloche utilisant le bois, le charbon, le pétrole, l'électricité, etc.

Mais cette technique est facile, tous les modèles sont répandus actuellement et très divers.


Les aviculteurs expérimentés estiment que le meilleur type doit pouvoir abriter, sous sa cloche, de 200 à 400 poussins au maximum, 300 paraît même être l'effectif préférable.
Il y a moins de mortalité et les poussins se développent mieux.

 
L'éleveuse sera placée sur un plancher résistant au feu (feuille de zinc ou de tôle, couche de briques, caisse de sable ou gravier) quand bien même sa base serait isolée avec de l'amiante, près du centre de la poussinière, un peu plus près dit fond pour laisser les auges et abreuvoirs sur le devant, en pleine lumière.

 

S'il s'agit de chauffage au bois ou au charbon, le tuyau d'échappement doit se diriger en ligne droite sans coude, vers le toit et se prolonger sur une hauteur de 60 à 90 centimètres (avec clef de réglage) pour assurer un bon chauffage sans gaz délétères.


On évitera, par des cloisons, le danger des poussins trop serrés autour de la cloche, car ils arrivent à s'asphyxier eux-mêmes par pression excessive.

 

Les seules précautions à prendre sont :

 

- d'assurer un juste degré de chaleur,

- de tenir les poussins occupés,

- et de les habituer à sa percher très tôt...

 

 

Surveiller le picage des orteils.

 

Les poussins sont attirés par tout ce qui brille: ongles des orteils, gouttes de sang.

Pour prévenir le picage - et le cannibalisme qui en dérive - éviter l'entassement, assurer un régime riche en matières azotées et contenant des aliments un peu volumineux, faire sortir les poussins le plus possible.

 
On peut disperser dans la poussière du papier blanc qu'ils picorent, assombrir les fenêtres, éclairer par ampoules électriques rouges ou peindre les châssis en rouge.

 

 

En cas de picage dangereux, appliquer sur les plaies des blessés une pâte composée de vaseline d'aloès au goût amer et d'un peu de poudre rouge inoffensive qui rappelle le sang.

L'aloès dégoûte les poussins de cette perversion.

 
Dès que la température le permet, les poussins seront accoutumés à vivre à l'air libre graduellement.

Ils passeront bientôt aux divers stades de leur existence : poulettes, et, finalement pondeuses et surtout productrices de l'oeuf d'hiver.

 
On voit qu'à la base de cette intéressante spéculation se placent le règlement des naissances à l'époque désirable et l'utilisation d'un matériel simple, mais qu'il faut connaître et utiliser avec soin et adresse.

 

Rustica - 25 Janvier 1948.

 

 

 

 

 

 

 

Elevage des poules

alimentation

Poules

Lapins

Lapins

Pigeons

Pigeons

Canards

Canards

Oies

Oies

                 

Abri de jardin comme poulailler

Environnement

Fraisiers

Incubation

Couveuses

Dindon

Dindon

Escargots

Cochons

Poulaillers

Divers

Cultures

Incubation

Couveuses

                 

Cailles

Abeilles

Animaux de la Ferme

Un peu de tout

Cailles

Moutons

Chèvres

Pintades

Abeilles

Animaux

BIO

Portable