L'hiver, soignez vos pondeuses.

 

 

...:::  :::...

 

 

 

 

 


 

 

Élevage

Bio

Fait maison

 

Forums

  

 

 

 

Le potager bio. Jardinage.

 

  


            

Nouvelle page 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'époque où paraîtront ces lignes, il sera temps de songer aux soins qu'il y aura lieu de donner à vos pondeuses pendant l'hiver, dont nous ne serons séparés que par une dizaine de semaines.

 

 

Ces précautions sont nécessaires pour éviter un ralentissement, voire même un arrêt de la ponte.

Le problème est évidemment différent selon qu'il s'agit des basses-cours fermières et familiales, ou des élevages spécialisés.

 

En élevage fermier, le cheptel se compose, d'une part, de poules adultes, c'est-à-dire de plus d'un an et de poulettes nées au printemps précédent.

 

On constate, en général, chez les adultes surtout avec les sujets de race commune, une courbe de production particulièrement basse en Novembre-Décembre, et une lente reprise à partir de fin janvier.

 

Cette reprise s'accentue avec l'allongement des jours, surtout s'il ne survient pas de trop gros froids ou de trop longues périodes de pluies prolongées ou de brouillards.

 

Les prescriptions et les soins qu'il est facile de prendre et de donner permettent non de remédier totale­ment à l'insuffisance d'ensoleille­ment, mais d'en atténuer les effets.

 

 

 

 

 

Tout d'abord, il est indispensable de ne pas nourrir les volailles comme on peut se le permettre, à la campagne, en Août-Septembre, lorsqu'elles trouvent encore une grande partie de leur nourriture dans les champs, récemment moissonnés et sous les arbres fruitiers.

 

En plus de la traditionnelle poignée de grains du soir, avant le coucher, il est nécessaire de distribuer le matin, une bonne pâtée humidifiée à l'eau tiède, et même chaude, s'il fait réellement très froid.

  

Cette pâtée sera servie hors du poulailler, si possible sous abri, dans une mangeoire propre et suffisamment longue pour que les volailles puissent manger toutes en même temps, sans que les gloutonnes s'adjugent la part des faibles.

 

La dose individuelle du mélange (pesé sec) doit être de 60 grammes environ.

 

Pour des bêtes en liberté, une bonne pâtée simple peut se constituer ainsi :

 

 

Son ........................... 25 kg.

Remoulage................. 25 kg.

Farine d'avoine........... 25 kg.

          d'orge ............. 15 kg.

          de luzerne ......... 5 kg.

          de poisson........ 10 kg.

 

 

Ajouter à cela un peu de concentrés minéraux et ne pas oublier que, même l'hiver, il faut distribuer des verdures vertes et tendres telles que les choux fourragers.

 

Si l'on possède encore un certain nombre de poulettes qui n'ont pas terminé leur mue, car nées trop tard l'année précédente, il est bon de les séparer des adultes.

 

De les faire manger à part et de modifier un peu la composition précédente en portant à 12 p. 100 la proportion de farine de poisson ou de viande et en incorporant 1 p. 100 de fleur de soufre et 2 p. 100 de tourteaux de lin, dans le mélange.

 

 

 

 

 

 

D'autre part, et les poulaillers fermiers pèchent particulièrement sur ce point, en général, il faut aménager ces derniers dès l'automne, pour éviter les courants d'air nocturnes pernicieux.

Ne tombez pas dans l'excès contraire, car le calfeutrement complet, en permettant l'accumulation des gaz nocifs et

produisant des condensations, aurait aussi regrettables.

 

Il faut installer une ou des cheminées d'aération présentant deux ouvertures d'aspiration : l'une à 0m 30 du sol, pour les gaz lourds, l'autre au ras du plafond, pour les gaz légers.

 

 

Par ailleurs, si les volailles ne disposent pas d'un abri extérieur existant, tel que grange ou hangar, suffisamment protégé, mais recevant les rayons du soleil dans le milieu de la journée, il faut leur en aménager un qui peut être fait de façon économique, en superposant des balles de paille.

 

 

 

 

 

 

Ou même des fagots, et en installant un toit léger à 1,50 du sol, pente en arrière et façade exposée au sud-est ou au sud.

 

 

 

En aviculture spécialisée, les méfaits de l'hiver sont moins marqués, et ceci s'explique facilement, car les gens de métier sont plus avertis des dangers de la froidure et possèdent, en général, des bâtiments adaptés à la saison et, de plus, ils apportent beaucoup de soins à leurs sujets étant donné que la ponte intéressante se situe précisément d'Octobre à Février, époque où les cours sont les plus élevés et la production fermière la plus basse.

 

 

 

 

 

Il existe des appareils qui fonctionnent par aspiration ou par surpression, ou bien par combinaison des deux techniques.

 

Dans certaines installations perfectionnées, les ventilateurs pulsent l'air à travers un grillage formé de résistances chauffantes, afin de ne pas projeter directement sur les poules, des colonnes d'air glacé.

 

Pendant longtemps on n'a pas apporté à ce problème de ventilation tout l'intérêt qu'il présente, et ce n'est que ces dernières années qu'on s'est aperçu qu'une excellente aération supprimait la « microbisme cumulatif », avec ses redoutables conséquences et diminuait l'indice de consommation de 8 à 10 p. 100.

  

Même en plein hiver, il y a toujours intérêt à permettre aux pondeuses l'accès, aux heures ensoleillées, à un parc extérieur ou solarium, construit en appentis sur la face du poulailler la mieux exposée.

 

 

 

 

 

 

 

Enfin les bienfaits de l'éclairage prolongé artificiellement sont reconnus, maintenant de tous.

On peut prolonger d'une heure à une heure et demie le crépuscule ou devancer d'autant le lever du soleil.

Certains allument même pendant une heure au milieu de la nuit.

Mais, sauf pour l'éclairage matinal, auquel succède le lever du jour, il est absolument indispensable que l'extinction soit progressive, afin que les poules ne soient pas surprises par l'obscurité soudaine et aient le temps de regagner leurs perchoirs.

 

 

Enfin, il est nécessaire que l'eau ne gèle jamais dans les abreuvoirs et, salutaire qu'elle soit maintenue à 8-10°.

Toutes ces précautions contribueront à obtenir un rendement maximum de vos sujets.

 

 

Le Chasseur Français - R. GARETTA - Septembre 1965.

 

 

 

 

  

 

  

 

 

 

 

 

 

Elevage des poules

alimentation

Poules

Lapins

Lapins

Pigeons

Pigeons

Canards

Canards

Oies

Oies

                 

Abri de jardin comme poulailler

Environnement

Fraisiers

Incubation

Couveuses

Dindon

Dindon

Escargots

Cochons

Poulaillers

Divers

Cultures

Incubation

Couveuses

                 

Cailles

Abeilles

Animaux de la Ferme

Un peu de tout

Cailles

Moutons

Chèvres

Pintades

Abeilles

Animaux

BIO

Portable