Préparer les poulettes à la ponte.

 

 

...:::  :::...

 

 

 

 

 


 

 

Élevage

Bio

Fait maison

 

Forums

  

 

 

 

Le potager bio. Jardinage.

 

  


            

Nouvelle page 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Préparer les poulettes à la ponte.

 

Fin septembre, début d'octobre sont des dates importantes où la vocation des bonnes pondeuses doit se révéler.

Les aviculteurs expérimentés suivent cette règle: toute poulette qui, pour une race de type moyen n'a pas donné 35 oeufs ou 40, pour un type sélectionné, avant le 1er Janvier, ne devrait pas être conservée.

 
Il faut naturellement aider nos élèves à réaliser ce critérium en agissant sur ces deus pôles de la production des  oeufs : un bon régime hygiénique approprié et une alimentation réglée dans ce but.

 

Leghorn

La poulette doit être habituée à la claustration que l'hiver lui imposera sous la plupart de nos climats.

 

Dès le début d'octobre, accoutumez les poulettes à sortir de plus en plus tard et à rentrer de plus en plus tôt.

 

Les jours a raccourcissent comme on dit et notre aviculture ne vit pas sous les climats canadiens où le froid hivernal est plus dur, plus sec mais dépourvu de, pluies, brumes, sols humides, générateurs de coryzas, diphtérie, etc.


L'alimentation devra et dès maintenant, être axée sur le choix de bonnes rations, riches en matières azotées, hydrocarbonées et grasses.

 

C'est le moment où les provendes de grains sont largement utilisées et où les pâtées cuites, présentées le matin, apportent leur appoint de principes salutaires et toniques grâce a leur douce chaleur et leur enrichissement en recoupes, remoulages, tourteaux, farine de viande, etc. sans oublier les sels minéraux, carbonate et phosphate de chaux, nécessaires à la formation de la coquille, sous forme d'os moulus, râpés ou calcinés, coquilles d'huîtres pilées, poudres d'os, etc.


C'est l'époque où un repas d'avoine germée, offert vers 15 à 16 heures, assurera aux pondeuses débutantes un stimulant précieux.

A mesure que le temps fraîchit, compléter par quelques poignées de maïs enfouies dans la litière au moment du coucher et que les poulettes, tôt levées, gratteront, afin de trouver mouvement, activité et calorisation.


N'oublions pas, en cet automne déjà frigide, que la ration des futures pondeuses doit être proportionnée à la race et au poids.

Une Leghorn, très pondeuse, consommera 70 kilos d'aliments alors qu'il en faudra proportionnellement 80 à la Wyandotte, 85 à la Rhode-Island et 90 à la Coucou de Rennes dès que survient la mauvaise saison.


Ce principe de proportionnalité est d'autant plus impérieux que les froids automnaux réduisent la liberté, le mouvement qui permettent à des races réputées par leur activité, Bresse, Sussex, etc. de trouver, dans leur quête, un surcroît d'aliments de choix : grains égarés, déchets organiques, larves, insectes, etc. dont les races apathiques ne profitent guère.


La ponte demande surtout des rations bien équilibrées où les principes azotés, hydrocarbonés, gras, minéraux, sont associés en proportions bien étudiées.

Donner chaque jour uniquement 150 grammes de grains serait une erreur aussi grave que d'accorder simplement des pâtées de pommes de terre en quantités excessives à de fortes pondeuses.
 

 

Et supprimer les coqs inutiles.

 

Un autre compartiment de la basse-cour est à surveiller: les jeunes coqs qu'il faut engraisser rapidement, et vendre au mieux.

 

Leghorn

Une épinette de fortune, adroitement construite en planches légères, assurera aux jeunes coqs, groupés par 5 ou 6 têtes, afin d'éviter l'ennui, la tranquillité, le repos d'un hangar, un appentis utiles â la profitable ingestion d'ali­ments engraissant.

 

Pâtées cuites à base de pommes de terre, rehaussées de recoupes, remoulages, tourteaux de maïs ou de coprahs si possible.

 

Des grains variés: blé, maïs, avoine, sarrasin, macérés de préférence ou même cuits.

L'orge assure une chair de qualité.


Distribution des rations 4 ou 5 fois par jour, chacune présentée vingt minutes, puis obscurité apaisante et engraissant.

Abreuver modérément, 2 fois par jour, sinon la chair s'amollit.

Mêler aux pâtées un peu de sel en très faible proportion et un peu de charbon de bois en poudre fine.

 

Il est préférable que les jeunes coqs n'aient pas encore « coché ».

Rustica - 19 Septembre 1948.

 

 

  

 

  

 

 

 

 

 

 

Elevage des poules

alimentation

Poules

Lapins

Lapins

Pigeons

Pigeons

Canards

Canards

Oies

Oies

                 

Abri de jardin comme poulailler

Environnement

Fraisiers

Incubation

Couveuses

Dindon

Dindon

Escargots

Cochons

Poulaillers

Divers

Cultures

Incubation

Couveuses

                 

Cailles

Abeilles

Animaux de la Ferme

Un peu de tout

Cailles

Moutons

Chèvres

Pintades

Abeilles

Animaux

BIO

Portable