La Wyandotte. 

 

 

...:::  :::...

 

 

 

 


 

 

Élevage

Bio

Fait maison

 

Forums

  

 

 

 

Le potager bio. Jardinage.

 

  


            

Nouvelle page 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La poule Wyandotte est une création américaine ...

 

... ayant pour base la Brahma herminée, probablement améliorée, au point de vue ponte, par des apports de Plymouth-Roch et de Leghorn.

 

Il est certain que cette volaille possède du sang d'un certain nombre de races étant donné la quantité de variétés qui en existent : blanche, argentée, fauve, noire, argentée crayennée, perdrix, columbian, bleue, dorée maillée de bleu, fauve maillée de blanc, pailletée, coucou et rouge.

 

Aucun éleveur français, à ma connaissance, ne possède l'ensemble de ces variétés, et on peut dire qu'à part quelques souches d'argentées la quasi-totalité des Wyandottes élevées dans les élevages soucieux d'en obtenir un rapport sont des sujets de la variété blanche.

    

Cette dernière est plus forte que la Leghorn et rivalise avec elle pour la production des oeufs.

Elle est particulièrement appréciée en Bretagne, où elle prédomine dans les nombreux élevages industriels qui s'y sont développés.

 

Par opposition avec la Leghorn, les lignes de la Wyandotte sont toutes en courbes et les poids sont supérieurs d'un kilogramme environ à ceux des sujets de cette dernière race.

 

La Wyandotte est un bel animal, assez volumineux, bas sur pattes.

 

Mais il ne faut pas rechercher les très gros poids, car le type primitif dit « d'exposition », très lourd, a été complètement abandonné, en raison de sa faible productivité.

Mieux vaut, en effet, une bonne Orpington, qu'une Wyandotte géante qui en a les apparences.

 

Le coq, bien que d'allure assez placide, doit être choisi parmi les sujets bien combatifs.

La poule doit être le plus près possible du standard-type: ni trop lourde, ni trop légère.

C'est-à-dire ni dans le type Orpington, ni dans le style Leghorn.

 

Sa taille sera moyenne, la poitrine large, la cage thoracique courte et profonde.

Les formes arrondies sans lourdeur.

 

 

Très rustique, la Wyandotte s'élève bien dans toutes les régions de France ...

... bien que, dans le Midi, on lui préfère généralement les pondeuses des races plus légères, telles que Leghorn, Bresses et Caussades.

 

 

 

 

C'est une des meilleures, sinon la meilleure pondeuse d'hiver ...

 ... et sa production se maintient pendant toute la mauvaise saison, si elle bénéficie d'une nourriture convenable et d'un minimum de confort.

 

Le poulet Wyandotte a belle apparence et s'engraisse bien, mais sa couleur de peau, jaune, le déprécie dans de nombreuses régions.

Aussi est-il bon de lui faire passer une vingtaine de jours en épinette, en lui donnant à discrétion des pâtées farineuses à base de lait écrémé, avant le sacrifice.

 

La poule Wyandotte est une bonne couveuse qui mène à bien ses incubations, mais on utilise rarement cette aptitude, dans les élevages de rapport, pour éviter de longues interruptions de ponte, et il y a toujours avantage, avec les grandes pondeuses, à pratiquer l'incubation artificielle.

 

Les moyennes de ponte des très bons parquets de Wyandotte atteignent couramment 200-220 oeufs, par sujet et par an. Certaines unités ont dépassé 350 oeufs.

 

Le classement des Wyandotte dans les concours nationaux ...

... et internationaux de ponte est toujours très honorable, et la première place leur est souvent revenue.

 

C'est une race qui mérite bien la place qu'elle a prise dans nombre d'élevages professionnels.

 

 

Voici les grandes lignes du standard de la Wyandotte type ponte :

 

Poids des coqs: 3 à 4 kilogrammes.

Poids des poules: 2 kg 500 à 3 kg 500.

 

La tête est courte et large, elle est surmontée d'une crête très caractéristique en forme de rose, ferme et étalée, couverte de petites aspérités, basse, large, carrée vers le front et qui va en s'amincissant vers son extrémité en pointe.

Le dos est large et court, avec une selle épaisse et large.

Les ailes de grandeur moyenne enveloppent bien les flancs.

Les cuisses sont recouvertes de plumes souples à barbes molles, elles présentent un duvet, sous culotte, épais et abondant.

Les tarses et les doigts sont jaune vif (comme le bec) de longueur moyenne et assez forts.

La queue est assez développée et ouverte à la base.

Enfin, dans les deux sexes, l'oeil est rouge brun vif et la face, les oreillons, les barbillons et la crête sont rouge vif.

 

L'aspect général est gracieux et bien équilibré.

 

 

 

 

Dans la variété blanche, on doit éviter les couleurs crème jaune paille.

Cependant, avec l'âge, la blancheur peut normalement s'atténuer, jusqu'à la nuance paille claire.

 

La variété argentée, bien qu'infiniment moins répandue que la blanche, est cependant encore représentée en France par quel­ques belles souches.

L'oiseau est doté d'un très joli plumage, comportant sur le camail des plumes blanches argentées avec une ligne noire au centre de chaque plume.

 

Les rémiges, ou plumes des ailes, sont noires dans la partie cachée et, dans la partie visible, chaque plume présente une large bande blanche, bordée de noir.

 

 

 

 

 

 

Les rectrices de la queue sont noires à reflets verts.

Cette variété a été beaucoup moins sélectionnée que la blanche pour ses aptitudes pratiques et est presque exclusivement élevée par des amateurs.

 

La rusticité est l'une des qualités prédominantes de la Wyandotte ...

... et estime que dans toutes les situations où la température est sujette à des variations brusques, où les vents froids sont fréquents, ainsi que dans les parties humides, c'est certainement l'une des races particulièrement recommandables.

 

La nourriture, dans les élevages de rapport, doit être basée sur l'emploi des aliments complets équilibrés (en farine ou en granulés) complétés par une distribution journalière de grains entiers secs ou germés, de verdures tendres en abondance, d'eau pure et de coquille d'huîtres pilée, avec « grit » à discrétion.

 

 

Une recommandation, en terminant, pour les futurs possesseurs de Wyandotte ...

 

... pour éviter la fièvre d'incubation et ses répercussions sur les moyennes de ponte, mettez à découver les poules qui tiennent le nid dès le premier soir, car dans certaines souches les sujets manifestent très tôt, et souvent, le désir de couver.

 

 

Le Chasseur Français - R. Garetta - Octobre - 1957.

 

 

 

  

 

  

 

 

 

 

 

 

Elevage des poules

alimentation

Poules

Lapins

Lapins

Pigeons

Pigeons

Canards

Canards

Oies

Oies

                 

Abri de jardin comme poulailler

Environnement

Fraisiers

Incubation

Couveuses

Dindon

Dindon

Escargots

Cochons

Poulaillers

Divers

Cultures

Incubation

Couveuses

                 

Cailles

Abeilles

Animaux de la Ferme

Un peu de tout

Cailles

Moutons

Chèvres

Pintades

Abeilles

Animaux

BIO

Portable